Pages

02 septembre 2016

désillusions



Dans la vie, il faut que vous le sachiez, je suis quelqu’un qui aime bien quand les choses filent droit. Cela ne signifie pas que je suis sévère, mais plutôt que j’ai besoin et je comprends mieux quand les choses ou les événements se déroulent comme je l’ai prévu. Par exemple, dans mon travail, quand on me demande une question qui sort un peu des sentiers battus, je bafouille et me retrouve bloquée à ne pas trop savoir quoi répondre. J’ai aussi passé plus de deux ans à passer mon code parce que je ne comprenais pas les questions sur les possibles écarts de conduite des gens.
Aussi, autant vous dire que pour moi mon chemin de vie était tout tracé. Et disons que depuis des années je vais de désillusions en désillusions. J’ai fait les études pour un boulot, j’en fais finalement un autre. Quand j’ai été au pair, je devais passer 13 mois, cela s’est arrêté à 11 mois. Tout cela fut un peu des épreuves dans ma vie que j’ai surmonté plus ou moins bien.
Quand il y a presque deux ans je me suis mise en couple avec le meilleur ami de mon beau-frère, qui me courtisait depuis des années, j’ai d’abord été sur la défensive face à ce grand type un peu bizarroïde. Et puis il y a eu ce déclic, à partir duquel je suis totalement tombée amoureuse. Je me suis alors mise à 100% dans cette relation. Plus rien n’importait puisqu’il était là. J’aurais tout fait pour lui. Puisqu’il était la source de mon bonheur, j’allais tout faire pour que lui soit heureux, même si il vivait à la ville plutôt qu’a la montagne. J’ai accepté ses sauts d’humeur, son horrible mère avec ses remarques désobligeantes, ses défauts, sa radinerie, son refus de sortir …. C'était lui, le prince charmant dont on entend autant parler dans notre société. C’était pour lui que je descendrai l’allée jusqu’à l’autel et mes enfants auraient ses yeux bleus.

 Mais petit à petit, notre couple s’est cloisonné dans une routine, que j’ai toujours essayé de chasser. Parce que si on est ensemble on peut tout battre. Pour moi, malgré les problèmes, on allait y arriver parce que oui la vie de couple n’est pas rose tous les jours, mais c’est en y travaillant et en se soutenant qu’on avance en tant que couple. J’ai toujours voulu y croire parce que pour moi, une relation de deux ans ne pouvait s’arrêter du jour au lendemain et que nos problèmes n’étaient pas si gros que ça.

Visiblement je m’étais trompée, parce qu’il y a deux semaines, pour la première fois de ma vie je me suis fait plaquer. On m’a laissé comme ça. Sans raison valable juste parce que notre histoire était « un carnage ». Il est clair que l’amour rend aveugle. J’ai voulu y croire, je me suis accrochée, je me suis battue contre moi-même, contre mes idées et contre ce que l’on m’avait appris.

Et aujourd’hui quoi ? Aujourd’hui, je me retrouve à devoir faire des cartons parce que demain je quitte l’appartement que nous partagions. Cet appartement qui, loin d’être parfait, était notre lieu à nous, pas trop loin de Paris et de nos boulots, suffisamment grand pour accueillir tout notre bazar.
Alors voilà, ce soir je me retrouve dans cet appartement, ou je vis seule depuis 5 jours, au milieu de mes cartons (qui avancent bien lentement vu ma motivation), à me demander quelle a été le problème dans notre couple ? Qu’est ce que j’aurais pu faire de plus ? Quand est ce que les choses avanceront normalement pour moi ? Combien de temps vais-je mettre à avancer ?



0 commentaires

Enregistrer un commentaire

Merci pour ton commentaire !